Comment optimiser son site web ?

Sommaire

Comment optimiser son site web ?

Comment optimiser son site web ?

SOMMAIRE

Optimiser son site web est une tâche parfois longue et pénible, mais qui est indispensable pour qu’il soit rentable. Que vous ayez un site de présentation de votre entreprise, un site e-commerce ou encore un blog, le but est toujours d’avoir un maximum de conversions. Qu’il s’agisse de visites sur votre site, d’appels téléphoniques, de ventes ou de visites en point de vente, la conversion n’est possible que si votre site accueille des visiteurs. Et vous ne trouverez ces visiteurs qu’avec un bon positionnement, ce qui se gagne avec une optimisation parfaite. Maintenant que vous savez pour le faire, voyons ensemble comment optimiser son site web.

1. Trouver les bons mots-clés

Les requêtes doivent être l’ingrédient le plus important de votre stratégie digitale. Cela comprend les mots-clés, mais aussi toutes les expressions à plusieurs mots, les phrases, les questions… Ces requêtes ne doivent pas être choisies selon une approche subjective, mais par rapport à une réalité très objective. C’est une partie de l’optimisation qu’il ne faut ni négliger ni improviser. Mieux vaut prendre plus de temps à préparer avant, qu’à réparer après. La question n’est pas de savoir ce que vous avez envie de dire aux gens, mais ce que les gens ont envie d’entendre. Vous devez apporter une réponse à une question.

Le choix des requêtes peut sembler très vague, et les novices auront tendance à choisir des mots-clés simples mais très concurrentiels qui les caractérisent. Ainsi, un fleuriste choisira des mots basiques tels que « fleuriste », « marchand de fleurs » ou encore « roses ». Vous imaginez bien qu’un nouveau site n’atteindra jamais les premières positions sur de tels mots-clés, surtout si le commerce se situe dans une ville, où la concurrence est plus rude. De plus, il ne faut pas se limiter à penser aux concurrents physiques. Sur Internet, la concurrence est digitale et peut être internationale. Ce même marchand de fleurs peut se confronter à des concurrents belges, français, néerlandais ou allemands. Dès lors que le marché est ouvert, les commerçants peuvent aisément vendre leurs produits partout en UE. Il faut tenir compte de ce fait.

Comment choisir les bonnes requêtes?

Contrairement à ce que vous pourriez croire, sur Internet, vous ne partez jamais de rien. Il existe des concurrents et des outils qui permettent de sélectionner les requêtes qui vont fonctionner. Voici les démarches à suivre :

  • Rendez-vous sur le site Neil Patel;
  • Insérez un mot qui vous caractérise (ex : fleuriste) et validez-le;
  • Dans le menu de gauche, choisissez l’option Idées de mots-clés.

Note : Je ne paie pas, et ne sponsorise le site Neil Patel. L’utilisation de ce site, aux fins définies dans cet article, est totalement gratuite et ne nécessite aucune inscription. Je le trouve beaucoup plus performant que l’outil de sélection des mots-clés de Google Ads.

La partie devient intéressante à partir d’ici. Restez concentré et attentif à ce que vous voyez et faites. Au-dessus de la liste qui apparait devant vous se dresse un menu discret avec Suggestions, Proche, Questions, Prépositions et Comparaisons. Ce menu est important car il vous offre des idées de requêtes à utiliser, en fonction du contexte dans lequel vous allez les utiliser.

Par défaut, votre liste affiche des suggestions de mots-clés, basées sur le mot-clé que vous avez entré initialement. La colonne « Vol » indique le nombre de recherches effectuées chaque mois sur Google pour la requête de la ligne correspondante. La colonne « SD » indique le niveau de difficulté pour se positionner sur cette requête. Au plus le chiffre est élevé, au plus il vous sera difficile de bien vous positionner dessus. Le principe est maintenant de trouver le bon équilibre entre les requêtes qui génèrent du volume, mais dont le niveau de difficulté est faible.

Lorsque vous avez récupéré les mots-clés que vous jugez intéressants, essayez avec un autre mot-clé. Remplacez « fleuriste » dans la barre de recherche supérieure par « marchand de fleurs » et recommencez l’opération jusqu’à l’obtention d’une liste cohérente et utilisable pour votre site.

Si vous voulez écrire du contenu pour un blog qui se trouve sur votre site (je vous le conseille), ne négligez pas Questions et Prépositions dans le menu discret dont on a parlé plus tôt. Ils vous offriront des requêtes à utiliser pour votre contenu. Cette partie est une vraie mine d’or pour le référencement naturel de votre site… et gratuite !

Que faire avec ces mots-clés?

L’étape suivante, qui doit en réalité être faite parallèlement à la précédente, est de créer des listes. Ces listes vous permettront de pouvoir gérer plus facilement vos actions d’optimisation, de même que l’écriture de vos articles. Les requêtes Questions vous permettront par exemple de ne pas perdre de temps à trouver des sujets à développer pour votre blog. Vos requêtes sont les sujets à traiter ! Voici ce que vous devriez créer comme listes :

  • Une liste de vos requêtes généralistes
  • Une liste de vos requêtes Questions (à utiliser pour vos contenus blog) ;
  • Une liste de vos requêtes proches (à utiliser dans le contenu statique comme variation) ;
  • Une liste de vos requêtes Comparaisons (à utiliser pour vos contenus blog).

Les requêtes généralistes sont celles que vous allez utiliser pour optimiser vos pages fixes. Chacune des requêtes choisies doit être attribuée à une page statique. Dans le contenu de ces mêmes pages, vous pouvez utiliser vos requêtes proches afin de rendre le langage plus naturel. Car personne n’aimera voir le même mot répété six fois dans votre page dans un seul but SEO. Cette seconde liste est donc tout aussi importante.

Les requêtes Questions et Comparaisons doivent devenir les sujets de vos prochains articles. Chaque semaine, par exemple, choisissez l’une de ces questions ou comparaisons pour écrire à ce propos, et donc développer la thématique.

2. Optimiser le contenu des pages

Comprenons d’abord ce qu’est l’optimisation et en quoi elle consiste. En Anglais, le terme SEO reprend un ensemble de techniques qui permettent d’améliorer un site. En Français, l’optimisation concerne d’abord le contenu et le support, c’est-à-dire le site. Il est différencié des liens de retour, que nous verrons plus loin, ou encore du marketing de contenu. L’optimisation sert donc à améliorer. Améliorer l’expérience utilisateur pour vos visiteurs, mais surtout améliorer la technique et le contenu pour que Google vous associe à la bonne thématique. Dans cette partie, nous allons nous attarder sur les pages, c’est-à-dire la structure de vos pages, la manière dont vous les rédigez, ce que vous insérez dedans… C’est la partie la plus simple à réaliser car vous devez simplement respecter des règles, et les appliquer.

    • Hiérarchisez votre contenu : Un contenu long est illisible. Il est donc conseillé de le séparer en paragraphes plus lisibles et séparés de temps à autres par une liste, une image, une citation ou tout élément qui casse visuellement la lecture en boucle.
    • Ajoutez une introduction : Ajoutez un premier paragraphe, dans une autre police ou visuellement séparé, qui résume le contenu de votre page. C’est une bonne entrée en matière pour éviter que des visiteurs ne lisent un contenu inapproprié ou que Google n’interprète mal votre contenu.
    • Ecrivez correctement : L’orthographe et la grammaire sont importantes pour vos visiteurs et votre image, mais aussi pour Google. Les robots sont capables de détecter vos erreurs, et vous pénaliseront pour cela.
    • Respectez les balises de hiérarchie : Le titre de la page doit être dans une balise H1. Tous les titres internes, ceux qui précèdent vos blocs, doivent être dans une balise H2. Vos sous-titres doivent être dans une balise H3. Ces balises ont une importance en référencement naturel, il est donc important de les respecter.
    • Utilisez vos requêtes : Le mot-clé associé à la page doit être utilisé dans le titre de la page, mais aussi dans un titre de bloc, un sous-titre et dans les textes. Un ratio raisonnable doit être respecté, à raison de trois ou quatre fois pour six-cents mots par exemple. Utilisez vos requêtes proches dans ces mêmes textes pour éviter d’être répétitif.
    • Optimisez vos balises méta : Les balises méta Titre et Description sont cruciales. Votre requête doit y apparaître, et de préférence en début de texte. Le titre méta doit correspondre à une réalité et ne doit pas être poétique ou improvisé. La description méta est le texte qui apparaîtra dans les résultats de recherche. Prenez-en soin et rédigez avec intelligence.
    • Optimisez vos images : Lisez notre article concernant l’optimisation des images pour un site Internet afin de le faire correctement.
    • Variez vos types de contenus : Le texte est une base solide, mais il doit être accompagné d’une variété d’autres types de contenus : listes, tableaux, infographies, images, vidéos, citations… Les possibilités sont nombreuses. Cela allège la fatigue visuelle du lecteur, et enrichi le contenu pour Google. Vous avez tout à y gagner.

Nous avons une multitude d’articles sur la manière de bien optimiser votre contenu dans notre blog. Je vous suggère d’y jeter un œil afin d’apprendre la technique pour mettre en place ces conseils. Si vous effectuez mal ces opérations, la conséquence sera le mauvais positionnement de votre page dans les résultats de recherche. Il est bien évidemment possible de rectifier le tir, puis de réindexer la page. Cependant, en faisant bien les choses directement, vous gagnez du temps et donc de l’argent. De plus, pensez au fait que si vous démarrez mal avec la première page, vous continuerez sur cette lancée jusqu’à la centième. Réoptimiser une grande quantité de pages prend du temps et est très pénible.

3. Penser à la hiérarchie et aux liens

Lorsque vous observez une URL, vous remarquez qu’il existe une hiérarchie. Chaque niveau est séparé par une barre oblique « / ». La racine d’une URL est le domaine; dans le cas présent, il s’agit de piritech.com. Chaque niveau est une profondeur supplémentaire à scanner pour les robots de Google. Et généralement, chaque profondeur de niveau est plus difficile à scanner car elle contient davantage de liens. Cet article, par exemple, est situé au niveau 2 puisqu’il suit /blog/ qui le niveau 1 après la racine du site.

L’hiérarchie des liens

Pourquoi faut-il y prêter attention? Faites surtout attention à conserver la même hiérarchie pour tous vos contenus afin d’établir une logique que Google pourra comprendre. Ainsi, toutes vos pages statiques sont au niveau 1. Si vous en placez au niveau 2, il faut que les pages concernées soient une dépendance d’une page de Niveau 1. Dans ce site, la page qui concerne le référencement naturel est au niveau 2 car elle dépend de la page Marketing digital, qui elle se situe au niveau 1. Il y a une logique car les autres pages de services liés au marketing digital sont au niveau 2 (référencement payant, marketing de contenu…). De même que tous les articles du blog sont au niveau 3 car ils dépendent de leur catégorie dans le blog. Ainsi, le blog est au niveau 1, la catégorie au niveau 2 et l’article au niveau 3. Certains avancent qu’une page située profondément est moins bien référencée qu’une page située au niveau 1. En réalité, c’est faux du moment que l’hiérarchie mise en place est logique et compréhensible.

La réécriture des URL

La réécriture de vos URL est indispensable. Si vous ne comprenez pas, voici à quoi ressemble une URL non réécrite ou non optimisée: domaine.com/page=10. Voici la même URL lorsqu’elle a été optimisée: domaine.com/mot-cle/. Sur la plupart des CMS, cette option doit être activée dans les réglages. Le cas échéant, il faudra modifier le fichier .htaccess à la racine de votre site. Mais si vous lisez cet article, vous n’en n’avez probablement les compétences. Mieux vaut donc le faire faire par un professionnel ou bien vous documenter auprès de votre hébergeur. Chaque URL doit être réécrite. L’idéal est que la requête de la page concernée soit l’URL exacte. Pour une performance maximum, évitez les accents, la ponctuation et remplacez les underscrores par des tirets, que Google sait interpréter.

4. Améliorer les performances du serveur

Les performances serveur sont nombreuses. Je vais faire le pas sur les aspects techniques propres au serveur car ils varient selon votre configuration. Sachez que si vous hébergez votre site sur un plan d’hébergement mutualisé, vous serez limité dans l’optimisation de ces performances. Avec un serveur dédié, votre capacité de configuration personnalisée est plus grande. Je vais donc me concentrer sur des éléments plus accessibles mais qui sont tout aussi importants pour les performances du serveur. L’objectif est de sécuriser le site, mais aussi d’améliorer la vitesse de navigation pour les visiteurs.

Aujourd’hui, les domaines qui ne sont pas associés à un certificat SSL ne sont plus positionnés par Google. De plus, sur Google Chrome, les visiteurs recevront un message qui indique que votre site est potentiellement dangereux. Inutile de tester cette situation, vous avez tout à y perdre. Il est donc crucial d’ajouter un certificat SSL à votre domaine. Vous ne naviguerez donc plus en HTTP mais en HTTPS. Peu importe que votre site soit un site vitrine, un site e-commerce ou un blog. Les certificats sont bon marché, vous pourrez en trouver pour quelques euros, notamment sur le site SSLS. C’est un critère essentiel pour le SEO aujourd’hui. Si vous ajoutez un SSL sur un site existant, il est important de mettre à jour tous les liens internes, en ajoutant le « s » au protocole. Ceci ne s’applique pas pour les nouveaux site puisque les liens créés le seront automatiquement.

5. Régler le cache et la minification

Si votre site tourne sous un CMS, il peut rapidement devenir très lourd. Pour cette raison, quelques réglages sont indispensables pour accélérer la vitesse de navigation. La vitesse de chargement d’une page est un critère essentiel du référencement naturel. Une page lente à charger ne sera jamais positionnée. Pour accélérer le temps de chargement, vous pouvez faire quelques réglages aisés, notamment:

  • Activer la minification des feuilles de style CSS et scripts JS;
  • Activer la mise en cache des pages;
  • Activer la mise en cache des objets;
  • Installer un serveur CDN pour accélérer la bande passante;
  • Activer la compression des feuilles de style CSS et scripts JS;

Avec un CMS, il existe de nombreux plugins qui peuvent automatiser ces opérations. Il sera plus aisé pour vous de procéder de cette manière pour éviter de faire face à de sérieux problèmes de navigation ou d’accessibilité. Lorsque les opérations de mise en cache sont terminées, il convient de vérifier techniquement la réelle vitesse de chargement de vos pages. Pour cela, il existe un outil Google. Cet outil va non seulement vous fournir la vitesse sur supports fixes et mobiles, mais aussi des conseils sur les moyens à mettre ne place pour améliorer vos scores.

Rendez-vous sur: Google PageSpeed Insights

6. Encourager les échanges de liens

Les liens de retour, ceux qui pointent vers votre site, sont cruciaux pour la bonne réputation de votre site. Si un site avec une bonne autorité place un lien vers votre site, cela offre un certain crédit à votre site, ce qui participera à sa propre réputation. Dès lors, il faut travailler cet aspect, qui n’est pas toujours évident à mettre en place. En effet, il n’est pas nécessaire de créer des liens à tout va, sur tout site et qui pointent tous vers votre page d’accueil. Au contraire, cela vous sera préjudiciable. Il faut sélectionner les sites avec lesquels vous allez travailler afin d’éviter les mauvaises surprises.

Il existe plusieurs types de liens, dont deux importants: les liens suivis et les non suivis. Un lien suivi sera exploré par le robot Google, alors que le non suivi ne le sera pas. Il n’aura donc aucune utilité et ne sera utilisé que pour établir un ratio entre liens suivis et non suivis. Notre objectif est donc de trouver des sites avec une bonne autorité, et qui propose des liens suivis. En général, un échange de liens suivis se fait par l’intermédiaire d’articles de blog. Vous écrivez un article optimisé sur une thématique liée à votre site, et demandez au site ciblé de le publier sur son propre site, dans une catégorie similaire. Le lien placé dans l’article lie l’une de vos pages et vous gagnez en autorité. Au plus vous diversifiez vos sites, au plus votre site pourra acquérir de l’autorité.

Une fois de plus, le site Neil Patel vous aide à suivre vos liens de retour, mais aussi ceux de vos concurrents. En analysant ceux de vos concurrents, vous pourrez donc récupérer des sources potentielles pour soumettre vos propres liens de retour. N’hésitez donc pas à aller espionner vos concurrents sur ce site.